dimanche 26 février 2017

Les aigles et la colombe de Jacqueline Briskin.

Salut les poussins,

Aujourd'hui:

Les aigles et la colombe de Jacqueline Briskin.

Berlin, 1936. Sur la piste où les athlètes du monde entier luttent
pour décrocher une médaille, la jeune Käthe Kingsmith s’apprête
à offrir à l’Allemagne un titre olympique.
Réunie dans les tribunes, toute sa famille est venue l’encourager.
Mais la jeune lle ne voit que Wyatt, son cousin d’Amérique.
Quelques jours plus tôt, ils étaient l’un pour l’autre de parfaits
inconnus. Aujourd’hui, ils savent que leurs destins sont à jamais
liés – même si les rumeurs d’une guerre prochaine se font
chaque jour plus insistantes.
Des fastes des palais berlinois aux réunions secrètes de la
Résistance, du quartier général de Churchill au chalet bavarois
de Hitler, Les Aigles et la Colombe décrit la passion de deux
jeunes gens emportés dans la tourmente de l’Histoire.

Lors des jeux olympiques de Berlin en 1936, Käthe rencontre pour la première fois son cousin américain Wyatt. Elle court pour l'Allemagne, il court pour l'Amérique.. Malgré leur famille en commun, Wyatt va vite détester cette cousine qui représente tout ce qu'il hait: l'Allemagne, le Führer, les nazis.. malheureusement il va devoir combattre contre un sentiment tout aussi fort: l'amour. La guerre va venir se mettre entre eux, une guerre dévastatrice pour laquelle ils se battront jusqu'au bout.. mais que restera-t-il d'eux et de leur amour à la fin?



Quel résumé alléchant! Je sentais ce livre tellement prometteur, j'étais sûre de l'adorer.. Et au final pas tant que ça. L'histoire n'est pas si mal, à vrai dire, c'est juste que certaines choses m'ont beaucoup trop chiffonnée pour que je sois totalement séduite. 

Commençons par la façon dont l'auteure aborde l'Histoire de la seconde guerre mondiale. Vu le résumé, je pensais me retrouver en présence de deux résistants, deux combattants. J'imaginais les planques sordides, les attaques surprises et dangereuses, j'imaginais de l'action.. Et au final rien de tout cela. Oh, nos héros agissent bien sûr, mais ils agissent délicatement et leurs actions sont peu abordées et quand elles le sont c'est de manière peu détaillées - puisque de toute manière il n'y a pas grand chose à en dire. On survole ça de très haut, on fait parfois de grands sauts dans le temps, certaines choses sont sous-entendues, d'autres ne sont abordées que bien plus tard.. Le minimum quoi, c'est relégué un peu en arrière-plan alors que j'imaginais que cela serait vraiment mis en avant, qu'on baignerait dedans tout du long. M'enfin, c'était tout de même appréciable de vivre cette guerre intense des côtés différents, que ce soit en Angleterre, aux Etats-Unis ou même à Berlin même. On découvre les différentes mentalités, les différentes conséquences aussi, ça c'était du tout bon! 

Par contre, ne parlons pas des personnages, ce qui est sans aucun doute le grand point faible du roman à mes yeux. Certains apprécieront leur caractère un peu romanesque mais moi ils m'ont énervée à un point que j'ai très vite failli abandonner. Dès le début Wyatt, le héros, est un être au caractère détestable. Il se comporte comme un gougeat, il juge sans chercher plus loin, il reste coincé sur ses petites pensées étriquées, j'ai failli taper du pied plus d'une fois tellement il m'énervait! C'était plus facile avec Käthe même si je reste partagée à son sujet. Un peu victime, combative pour certaines choses et moins pour d'autres, elle ne m'a pas particulièrement séduite non plus. Beaucoup de blablas et de bonnes paroles mais peu d'action, je l'ai trouvée un peu écrasée alors qu'elle aurait pu être de ces femmes inoubliables.

Et c'est un peu mon sentiment général à propos de ce roman. Je crois que l'auteure a voulu trop en faire, que ce soit au niveau des sentiments qu'au niveau des personnages. Trop de haine, trop de bâtons dans les roues, trop de retournements de situation trop faciles.. Un peu plus de subtilité et de légèreté aurait pu en faire un roman très agréable à suivre. 


Des bisous!

jeudi 23 février 2017

Petits romans Folio Junior section Histoire!

Salut les poussins,

Aujourd'hui, petit article sur quelques romans de la collection Folio Junior des Editions Gallimard Jeunesse, tous ayant pour fond l'Histoire!

A la cour de Louis XIV: Journal d'Angélique de Barjac: 1684-1985 de Dominique Joly.

«Octobre 1684. Marraine m'a pris les mains en disant: "Angélique, vous allez être présentée à Madame, belle-soeur de notre roi. Vous devrez tenir votre rang et resterez attachée à Madame comme l'esclave à sa maîtresse. Il ne faudra jamais montrer ni mauvaise humeur ni découragement." À cet instant, j'aurais voulu fuir très loin d'ici... Je fermai les yeux et me retrouvai peu de temps après face à Madame, la princesse Palatine, comme on la surnomme.»
La vie fascinante d'une demoiselle d'honneur à Versailles, racontée à travers le journal intime d'Angélique.

En fin d'ouvrage, un supplément historique sur le règne du Roi-Soleil.
Angélique a été plus ou moins élevée par sa marraine, ses parents étant morts lorsqu'elle n'était qu'une enfant. Un jour, celle-ci lui offre une place incroyable: elle va entrer au service de la princesse Palatine, la belle-soeur du roi. A Versailles, elle va découvrir bien des secrets à son sujet, à un tel point que toute sa vie pourrait s'en trouver bouleversée..

J'aime toujours beaucoup les petits journaux historiques de cette collection et  j'adore Versailles.. Ça ne pouvait donc que coller avec ce petit roman que j'ai trouvé très intéressant! Un peu plus calme que ceux que j'ai lus jusqu'à présent puisqu'Angélique ne bouge pas ou très peu de sa chambre à Versailles. On y découvre la princesse Palatine, belle-sœur de Louis XIV mais aussi et surtout la religion protestante puisque c'est bien ce sujet qui est le centre de tout le récit. Angélique découvre que ses parents étaient en fait protestants mais qu'ils se sont convertis à sa naissance pour la protéger. Elle fait alors une espèce de crise mystique qui lui donne envie de renouer avec ses origines, tout ça alors que le roi est en pleine campagne pour effacer toute trace du protestantisme en France. Très intéressant pour découvrir cette période de l'Histoire avec, comme d'habitude, un mini-dossier explicatif à la fin.


Cléopâtre, fille du Nil: Journal d'une princesse égyptienne: 57-55 avant J.C. de Kristiana Gregory.

D’un réalisme fascinant, le journal de la jeune fille qui allait devenir l’une des reines les plus célèbres de l’histoire.
Une lutte sans merci pour le pouvoir, les plus infâmes conspirations. La ténacité, l’intelligence et la sagesse de Cléopâtre le stratège. Mais aussi la sensibilité touchante d’une adolescente qui se confie à son journal.
Un voyage époustouflant de vérité dans l’Antiquité égyptienne et romaine.
Cléopâtre n'est qu'une toute jeune fille quand sa soeur aînée Tryphanéa se déclare reine, poussant son père à s'enfuir et à aller acheter l'aide des romains, accompagnée de Cléopâtre. Celle-ci découvre Rome, ses splendeurs mais aussi ses dignitaires riches et cupides, ses rues encrassées.. Elle rêve de retrouver son pays mais aussi de prouver à tout le monde qu'elle est digne d'être une reine, bien meilleure que son père qui se laisse aller bien trop souvent à ses nombreux vices..

J'adore Cléopâtre comme beaucoup de gens. J'ai lu énormément de romans à son sujet mais encore très peu sur cette partie de son histoire, sa jeunesse. On y découvre une toute jeune fille ambitieuse qui rêve de devenir reine. Elle voyage avec son père jusqu'à Rome, fait la connaissance de Marc-Antoine, approfondit son éducation, le tout en perdant petit à petit le respect qu'elle portait à son père.

Rien de très extraordinaire donc mais intéressant tout de même. Une période méconnue, une héroïne attachante et inoubliable puis un mini-dossier pour en savoir plus à la fin, encore une fois.


Entre les lignes d'Emmanuel Bourdier

1943. Augustin, 11 ans, vit avec sa famille à la ferme, en zone libre. Le village est en effervescence: un mystérieux héros ridiculise l'occupant allemand par de drôles de sabotages... Sur les lieux, il laisse toujours une signature: de cinglantes citations de Cyrano de Bergerac. Bientôt, à l'école, on ne parle plus que de cela. Augustin et son copain Beugne sont fascinés. Qui peut bien être le courageux auteur de ces actes de Résistance?
Au cœur d'un quotidien dangereux et tourmenté, la plume lutte contre l'oppression. Pendant la Seconde Guerre mondiale, un texte fort, porté par une langue juste et vivante.
Augustin vit avec sa mère, sa petite-soeur et son grand-père dans la ferme familiale. Jusqu'en 1943, la guerre était restée plus ou moins loin d'eux, puisque leur village est situé en zone non-occupée.. Tout va changer le jour où un mystérieux résistant décide de jouer des tours aux allemands, les poussant à s'installer pendant quelques temps afin de trouver le coupable. Augustin rêve de rencontrer cet homme si courageux, même si la réponse à sa question risque bien de le surprendre..

On part dans ma période historique préférée avec ce roman hyper rapide se passant en pleine deuxième guerre mondiale. Augustin est un garçon pour qui tout était très abstrait, jusqu'à ce que les soldats débarquent dans son village à cause des actes d'un résistant inconnu citant Cyrano de Bergerac, se battant pour la liberté. À cause d'un hasard des plus cocasse, Augustin va apprendre l'identité dudit résistant et va en être surpris.. Une plongée des plus intéressante dans un village qui semble à l'abri de tout et qui va découvrir la brutalité de la guerre du jour au lendemain. C'est rapide et l'auteur réussit pourtant à rendre cette histoire incroyablement touchante.


Mon père est parti à la guerre de John Boyne.

 Alfie Summerfield vient d'avoir cinq ans le jour où la Grande Guerre éclate. Son père a promis qu'il ne partirait pas mais s'engage dès le lendemain, persuadé que "tout sera fini à Noël". Quatre ans plus tard, la guerre fait rage et le jeune garçon ignore si son père est vraiment parti en mission ou s'il a disparu à jamais.Tout le monde semble savoir ce qui lui est arrivé mais le secret reste bien gardé. Devenu cireur de chaussures à la gare de King's Cross de Londres, Alfie va enfin découvrir la vérité au hasard d'une de ses rencontres et partir pour la mission la plus importante de sa vie...
Quand la Grande Guerre éclate, Alfie n'a que cinq ans. A la surprise de tous, son père s'engage dès le lendemain de la déclaration et disparaît rapidement. Sa mère le prétend en mission secrète mais Alfie la soupçonne de mentir.. En travaillant en cachette comme cireur de chaussures, il va apprendre une vérité plutôt dérangeante.. 

J'ai découvert John Boyne il y a quelques semaines avec Le garçon au sommet de la montagne, un roman percutant que j'ai beaucoup apprécié. Si j'ai bien aimé Mon père est parti à la guerre, je l'ai trouvé plus mou, moins prenant. Alfie est pourtant un garçon attachant, tout comme son entourage qui se fait pourtant très vite plus rare. On partage son besoin de savoir la vérité, sa colère face aux choses qui changent et à la vie devenue si difficile.. et pourtant il se bat, tous les jours. Il se bat pour sa mère, le tout en faisant son maximum pour préserver sa fierté. C'est grâce à son travail un peu clandestin qu'il va apprendre un secret et se battre pour faire bouger les choses.. une jolie leçon de courage.

Merci aux Editions Gallimard Jeunesse,

Des bisous!

Nouveaux grands Dokeo: Grands personnages et Antiquité.

Salut les lapins,

Aujourd'hui je viens vous parler de la collection "Les Tops.." qui fait partie de la collection "Dokéo". 

L'Antiquité et Grands personnages.


Comme c'est si bien expliqué sur la quatrième de couverture, ces livres sont un concentré d'infos pour en apprendre le plus possible sur des sujets vastes.. et passionnants! 

Je vous ai déjà présenté des petits Dokéo très similaires, surtout en ce qui concerne la mise en page. Chaque page ou double-page nous présente des choses très différentes selon le sujet: des dieux, des grandes découvertes ou des chefs d'œuvre architecturaux notamment pour L'Antiquité.. - des artistes, des écrivains, des explorateurs et bien d'autres encore pour Les grands personnages.

Sur chaque page, plusieurs choses: une miniature, une présentation en deux-trois lignes, quelques anecdotes, une ligne du temps avec des dates importantes et bien sur une présentation comme il se doit qui va plus en profondeur du sujet. On peut trouver également des quizz et des records à la fin, une partie un peu plus légère qui permet de revoir le sujet. 

J'aimais déjà la petite version, j'aime encore plus la grande! Il y a tellement d'informations et les sujets me plaisent tout particulièrement j'avoue, ça tombait plutôt bien. J'ai dévoré - avec mon grand nain qui a beaucoup aimé aussi - ces deux livres avec un grand plaisir. Ça se lit vite, la présentation est hyper agréable.. j'adore, vraiment. 

Je ne peux que vous conseiller ce format très attractif et peu cher vu tout ce qu'on peut y trouver!


Merci aux Editions Nathan,

Des bisous!

mardi 14 février 2017

L'oiseau des neiges de Tracy Rees.

Salut les poulets,

Aujourd'hui,

L'oiseau des neiges de Tracy Rees.

Janvier 1831. Aurelia Vennaway, huit ans, héritière d'une riche famille aristocratique du comté de Surrey, découvre lors d'une promenade dans les bois du domaine familial un nouveau-né bleu de froid, posé à même la neige. Malgré l'hostilité de ses parents, elle réussit à leur faire recueillir l'enfant, qu'elle baptise Amy Snow. A ses dix-huit ans, on découvre à Aurelia une maladie qui lui laisse peu de temps à vivre. Elle décide donc de partir en voyage quelques mois. Avant de mourir, elle laisse pour Amy une série de lettres qui vont l'aider à découvrir qui elle est et lui transmettre l'héritage qui lui revient. Amy s'embarque alors pour un périple aux quatre coins de l'Angleterre, avec, à chaque étape, une énigme à résoudre.

Amy est dévastée à la mort de son amie de toujours, Aurelia. Celle-ci l'avait recueillie alors qu'elle n'était qu'un nourrisson abandonné dans la neige. Contre l'avis de ses parents, elle avait gardé et protégé du mieux qu'elle pouvait ce bébé trouvé par miracle au beau milieu d'un champ enneigé.. La vie sera tout de même rude pour la jeune fille qui sera toujours détestée par l'entourage de sa protectrice. À sa mort, elle n'a d'autre choix que de partir loin.. mais Aurelia n'en a pas fini avec elle. Avec des lettres disséminées un peu partout en Angleterre, elle va pousser la jeune fille à découvrir le monde et à se découvrir elle-même.


J'ai mis du temps à chroniquer ce livre. Je ne savais pas vraiment quoi dire, je l'ai aimé mais.. sans plus. L'histoire de base avait pourtant tout pour me plaire: une héroïne pauvre détestée de tous aidée par une autre femme au grand cœur qui, à sa mort, décide de la lancer dans une chasse au trésor à travers l'Angleterre.. le principe était génial mais j'avoue m'être un peu ennuyée. Il y avait au final peu d'action et beaucoup de redondance. Amy ressasse souvent les mêmes choses, on nous rappelle constamment à quel point elle a été détestée pendant presque toute sa vie, à quel point elle a été protégée par Aurélia.. Pendant son voyage elle est constamment perdue, constamment étonnée. Beaucoup de pensées et de sentiments répétitifs qui m'ont vite lassée. Les voyages auraient pu changer la donne mais même pas, cette héroïne un peu fade à mes yeux éteignant tout semblant d'intérêt pourtant relancé parfois avec des personnages plus hauts en couleurs. La dernière grosse bêtise de l'auteure sont les clichés tout au long du roman, des clichés qu'on retrouve dans les vraies romances, avec des voies proposées et des choix faits que l'on devine dès la première seconde tellement c'est gros comme une maison.

Rien de transcendant donc, juste un bon moment. C'est rare que j'aie si peu à dire sur un livre mais là je n'arrive pas à m'étaler. C'était bien, c'était divertissant mais sans plus. Je ne garderai pas un grand souvenir de ce livre, peut-être en attendais-je trop face à un résumé trop alléchant? Cela arrive.


Des bisous!